Le Management de Projets n’est pas un effet de mode ! C’est une nécessité économique et stratégique

21 septembre 2005 par Alain Amghar 1 commentaire »

Aube des projetsBien conduire un projet ne date pas d’aujourd’hui, mais traverse toute l’histoire de l’humanité, en effet, depuis l’homo sapiens, l’homme a toujours mené des projets. A la préhistoire, avec un projet de chasse (la décision de chasser, la préparation du piège ou de l’attaque, la décision de démarrer l’exécution, l’exécution proprement dite, puis la fin du projet qui est de disposer de sa chasse), l’époque des pharaons avec la construction des pyramides (Mykérinos, Chéphren, Khéops), le Grand Sphinx ou le phare d’Alexandrie, de la Grèce antique avec tous les édifices connus à ce jour, etc. Jusqu’à aujourd’hui avec les conquêtes spatiales, les usines, les tunnels, les ponts, les produits, les services, les grandes manifestations culturelles, scientifiques, sportives etc…
Les aspects de conduite de projets ont été introduits depuis longtemps dans la construction, l’ingénierie et l’industrie, de plus en plus les notions de projets s’intègrent dans les autres activités économiques et sociales aussi bien dans les entreprises privées que dans les administrations publiques. Aujourd’hui les techniques de maîtrise de projets deviennent cruciales pour l’ensemble de l’environnement humain aussi bien au niveau d’une personne, d’une entreprise, d’un pays ou d’un groupement de pays. La raison est une question de survie… les entreprises pouvant répondre aux besoins de plus en plus complexes des clients avec des délais réduits mais également des budgets limités garantissent leur présence et leur compétitivité ; par contre, celles inaptes à ces challenges disparaissent malgré les réductions de personnel, restriction budgétaire ou délocalisation … le problème est ailleurs!


Certes tout projet est un risque, mais le plus grand risque pour une entreprise est de ne pas prendre de risques ! Les projets sollicitent toutes les composantes de l’organisation d’une entreprise à travers l’utilisation de moyens et de décisions transverses. L’organisation est composée d’un ensemble de ressources (humaines, matérielles, etc..) dont les actions s’effectuent selon un ordre, des méthodes ou des principes déterminés. Le but de toute organisation est de livrer des produits ou des services à des clients. Elle doit satisfaire et s’adapter aux besoins et aux demandes des clients avec les évolutions que cela induit. Les inventions du département de recherche et développement, les procédures ou les normes ISO appliquées dans une entreprise ne signifient pas pour autant que celle ci sait répondre aux besoins des clients et a les capacités de relever les défis et les challenges.


La culture projets s’accompagne d’un environnement humain prenant en compte les idées de chacun et la recherche de la satisfaction des clients : ce type de mentalité fait certainement la différence entre les entreprises, car l’écoute active des remarques des clients et la prise en compte de leurs avis donne une entreprise innovante. L’organisation qui a la plus forte chance de fonctionner, n’est pas celle qui est dite la plus performante par rapport à ce qui existe dans les autres entreprises, mais plutôt celle qui est mise en place en tenant compte de la dimension stratégique de l’entreprise, de sa culture interne et de la prise en compte des paramètres sociologiques d’une entreprise. Toute modification de l’un des quatre paramètres (stratégie, culture, organisation, sociologie) va influer sur les trois autres, ainsi que sur le leadership et les comportements.


En synthèse, une entreprise avec une organisation « orientée projets » dispose d’un environnement qui favorise :- le choix des projets et la définition des missions ;- la constitution des équipes avec une autonomie dans les prises de décisions,- une communication ouverte entre les intervenants;- l’écoute active des besoins des clients et des utilisateurs ;- la prise en compte des évolutions et des changements ;- une certaine souplesse de réorientation ou réorganisation induite par les opérationnels.


Le seul moyen de rester leader sur son marché est d’intégrer la culture projets et le bon management de projets dans son entreprise. Notre entreprise existe depuis 1988. Notre cour d’activité, c’est le conseil, la formation et l’assistance dédiés à l’analyse stratégique et prospective, l’analyse de la valeur, la culture projet, la conduite de changements, le management de projets, l’animation des équipes, les techniques de négociation, la gestion du temps, la conduite de réunions, l’évaluation et les estimations, la planification et le suivi des projets, l’analyse des risques, la gestion d’un projet dans le cadre des bailleurs de fonds, les projets internationaux, la préparation à la certification en gestion de projets, Microsoft Project, Primavera, PSN, … Pour être au plus près de la réalité des entreprises, nos intervenants répartissent leur action à 50% sur la formation, à proprement parler, et à 50% sur le conseil et l’assistance aux projets. Ils sont certifiés, au niveau international, dans chacun des domaines du management de projets dans lesquels ils interviennent. Parmi ces formations trois sont organisées en interentreprises à Paris, Nice, Genève et Montréal (Management de Projets, Planification et Pilotage de Projets et Microsoft Project). Nos prestations peuvent être réalisées en anglais et en français (Afrique, Asie, Canada et Europe).

Monument
Nos actions ne comprennent pas que les formations mais englobent l’ensemble du processus :
– Revue ou définition de l’organisation pour cadrer avec les performances des projets en tenant compte de la stratégie de votre entreprise et de sa culture ;
– Mise en place du guide de conduite de projets ;
– Assistance et conseil dans la conduite opérationnelle des projets ;
– Revue ou définition des rôles et des engagements des acteurs associés aux projets ;
– Revue ou définition des procédures liées au pilotage des projets.

L’ensemble des activités et en particulier les programmes détaillés des formations sont mis à disposition sur le site projet.net.

La genèse d’un site Web

2 décembre 2004 par gestiondeprojet.com Pas de commentaires »

Au commencement était la Compagnie et la  Compagnie était invisible sur le Web et l’obscurité s’étendait sur la face du Client, et la face du Client se détournait de la  Compagnie au désespoir du Président.

Aussi le Président dit:

« Qu’il y ait un site Web »

Et alors il y eut un projet, et le Président vit que cela était bon. Et le Président demanda que l’on trouve  quelqu’un pour lui expliquer le Web. Mais personne n’osa expliquer le Web au Président qui dictait toujours ses emails à sa secrétaire.

dilbertardoise

Alors le Président rassembla toutes les espèces  de créatures et de ce rassemblement naquit l’Équipe Projet et l’on dit que cela était bon. De l’Équipe Projet naquirent les  Développeurs et les Graphistes et plusieurs autres formes
de vie.

Et l’un fut choisi dans cette multitude, qui fut élevé au dessus de tous les autres et qui fut appelé « Chef de Projet Web » parce qu’il jouait au golf avec le Président.
Et il eut à conduire l’Équipe Projet Web par le chemin du HTML pour le bien de la Compagnie.

Et il advint que la pensée du Chef de Projet fut troublée par les désirs du Président et par les millions de cacahuètes qui furent mises à sa disposition et il crut alors que toutes choses étaient possibles et que tous les Clients viendraient au site Web de la Compagnie. Mais le Président ne connaissait toujours rien au Web et le Chef de Projet pas grand-chose.

Donc le Chef de Projet ordonna que tous les Développeurs soient rassemblés en un même lieu et il parla a leur
chef, qui fut appelé « Webmaster » :

« Qu’il y ait un Planning »

par lequel je connaîtrai la Date de Livraison, et je te ferai responsable pour l’accomplissement de ce planning ». Alors le Webmaster vint au devant de ses collaborateurs et leur demanda : »Comment ceci se fera-t-il ? ».

Et ses adjoints se séparèrent, chacun a sa table, et ils développèrent, comme était leur coutume. Et il advint que chaque Développeur apporta une maquette et après beaucoup de soupirs et de grincements de dents, toutes les maquettes furent harmonisées et résumées en un monument qui fut appelé Maquette Générale. Et le Webmaster montra au Chef de Projet la Maquette Générale, disant : « Regardez ce site comme il est fonctionnel et rapide « . Mais le Chef de Projet ne fut pas satisfait et dit : « Je t’avais élevé des profondeurs et donné DreamWeaver Flash5 et Photoshop et malgré cela tu n’as pas compris ce que voulait le Président ; ton site est moche et il n’y a rien qui bouge tout seul ».

Alors le Chef de Projet paya des consultants, autorisa beaucoup d’heures supplémentaires et supprima toutes les
vacances.

Et les consultants montrèrent de belles choses au Président et au Chef de Projet, notamment la photo du Président
sur la page d’accueil, et lui expliquèrent le Flash qui plût beaucoup au Président et qui enfin faisait que la page bougeait toute seule, comme au cinéma.

Et l’on s’aperçut que les Clients pouvaient quitter le site de la Compagnie pour aller ailleurs sur le Web, et il fut décidé qu’il n’y aurait pas de liens vers des pages qui ne seraient pas sur le site de la compagnie. Et l’on s’aperçut aussi que l’on ne savait même pas qui viendrait sur le site et il fut décidé de créer un formulaire d’inscription de 14 pages et de protéger le site par un mot de passe. Alors un sous-fifre invité par erreur à la réunion demanda quel contenu était prévu sur le site et on lui dit de se mêler des ses oignons.

Puis le Chef de Projet parla au Webmaster :
« Regarde, vois comme cette maquette est jolie, comme ces couleurs et ces animations sont belles ; fais moi un site comme cela, le Président aime beaucoup le Flash ; et fait en sorte que nous sachions l’âge et le plat préféré de nos visiteurs ».

Et le Webmaster mit ses collaborateurs à coder et à faire du Flash et il y eut de nombreuses réunions et beaucoup d’heures d’ordinateur furent utilisées à ce travail, bien que l’on n’ait pas demandé au Client ce qu’il souhaitait et que le Président n’ait toujours pas reçu sa formation Web.

Et il advint que le Webmaster examina le projet et vit qu’il ne pouvait pas faire tout ce qui était demandé et il sût qu’ils ne pourraient l’accomplir pour la Date de Livraison. Alors le Chef de Projet ordonna au Webmaster de trouver un programme pour motoriser le site.

Et le Chef de Projet dit :

« Que les Sociétés de Logiciel envoient leurs Représentants et qu’il y ait un Système de Motorisation du Site Web » 

et il en fut ainsi.

dilbertsql

Les représentants présentèrent toutes sortes de brochures qui annonçaient des choses nombreuses et merveilleuses. Et il advint qu’un Système de Gestion de Bases de Données interfacé avec une Usine à Gaz fut choisi et et le Webmaster dit que pourquoi pas et que plus de Développeurs étaient nécessaires si tout devait être accompli pour la Date de Livraison.

Donc l’Équipe de Projet fut augmentée presque sans limites. Le Chef de Projet, surveillant cela de loin, dit :

« Qu’il y ait une Organisation » 

et il y eut une Organisation.

Et l’Équipe de Projet fut divisée en nombreux groupes qui ne se parlaient pas l’un à l’autre et il fût dit que, peut-être, cela était bon. Le Webmaster appela certains « Développeurs Confirmés » et il appela les autres « Développeurs débutants » et il donna pouvoir aux premiers sur les seconds. Et les Développeurs Confirmés virent que cela était bon tandis que les Développeurs Débutants virent cela autrement.

Et le Webmaster exhortait ses collaborateurs à des efforts encore plus grands car la Date de Livraison était proche et le souffle du Chef de Projet pesait sur sa nuque. Les Développeurs Confirmés et les Développeurs Débutants s’effrayèrent à la fois. Ils luttèrent de toutes leurs forces pour satisfaire le Webmaster avec beaucoup d’heures supplémentaires et de nombreux commentaires, et chacun coda et dessina des pages, chacun à sa propre mode. Le Chef de Projet, voyant cela, ne l’aima pas et ordonna :

« Qu’il y ait des Standards » 

et il y eut des Standards. Mais les Développeurs ne les aimèrent pas et la productivité chuta. Quand il apprit ceci le Webmaster prit peur d’être
rejeté de sa haute fonction et ainsi il ordonna :

« Qu’il ait des États d’Avancement » 

et il y eut des États d’Avancement.

Le Webmaster regarda les États d’Avancement et il vit que la Date de Livraison ne serait pas tenue. Aussi, au sixième mois, le Webmaster se dressa, brossa son costume, rasa sa barbe et vint devant le Chef de Projet, se prosternant, et
accusant, et appelant la malédiction sur toutes les espèces de créatures qui vendaient des SGDB et des Usines à Gaz. Et le Webmaster demanda des délais supplémentaires.

Et le Chef Projet entra dans une grande colère et émit des doutes sur la légitimité des ancêtres du Webmaster,
jusqu’à la troisième et la quatrième génération incluses, et l’on battit sa coulpe et il y eut beaucoup de cheveux arrachés – principalement du Webmaster. Et le Chef de Projet ordonna au Webmaster de mettre en œuvre tout le personnel des Sociétés de Service et tous les Consultants. Mais le Webmaster refusa de dire que tous étaient nécessaires car il n’y avait, pas encore, d’idée précise sur ce que souhaitait le Client.

Et il advint qu’une prolongation fut obtenue et le Webmaster revint vers ses collaborateurs apportant ces nouvelles
et la joie et l’entrain revinrent parmi les écrans et claviers et la machine à café s’épuisa.

Au neuvième mois, le Webmaster dit :

« Que les modules soient intégrés, chacun avec les autres, afin que les Tests puissent commencer »

et il en fût fait ainsi et de grandes difficultés apparurent et de nombreuses heures supplémentaires furent dépensées à chercher pourquoi les modules ne voulaient pas s’intégrer.

Puis, au douzième mois, le Webmaster alla vers le Chef de Projet et lui dit « Regardez, j’apporte de grands espoirs de grandes joies pour nous et pour le Client, car en ce jour le Site a fonctionné ». Et soudain, il y eut autour d’eux une foule, une multitude de commerciaux acclamant le Webmaster et chantant : « Gloire à la Compagnie et au Président et au Chef de Projet et au Webmaster ».  Et l’on convoqua une grande réunion et le Président vit marcher le site en local et le trouva bon, et le Chef de Projet reçut une augmentation.
Et le site fut mis en ligne, et la Compagnie dépensa beaucoup d’argent pour le faire connaître.
Et le Président voulut montrer le site à ses amis et il invita le Chef de Projet à venir dîner en son château car il ne savait toujours pas comment marchait Internet Explorer.
Et le amis rigolèrent beaucoup car le site était tellement lent qu’ils pouvaient boire un coup ou se raconter une bonne blague pendant que les pages se chargeaient. Et le Chef de Projet blêmit et expliqua au Président qu’il fallait qu’il s’abonne à l’ADSL et que l’on achète des serveurs plus puissants.
Cela fut fait et le Président put montrer le site à ses amis sans les faire rigoler et il trouva que cela était mieux. Et l’on décida de consulter les logs pour voir combien de clients venaient visiter le site et l’on vit qu’il y en avait quatre, dont le Président, sa femme et sa maîtresse. Et le Président dit « Qu’est-ce que c’est que ce bordel ! J’ai dépensé des millions de cacahuètes et personne ne vient sur le site ? Faites moi un rapport ». Et le chef de projet n’eut pas de prime et dût changer sa Mercedes de fonction contre une Lada. Et l’on paya de nouveaux Consultant et l’on fit des Focus Groups. Et l’on vit que personne ne venait sur le site car il était lent et sans intérêt et le contenu était nul et personne ne voulait remplir le formulaire d’inscription de 14 pages. Alors le Président entra dans une grande colère et maudit le Chef de Projet qui dût le laisser gagner au golf et lui promit qu’il allait faire réaliser un Audit  pour identifier la cause de cet échec. Alors les Auditeurs vinrent éplucher les rapports et les procédures, écouter tous les Développeurs et rendirent leurs
conclusions :

« Le Webmaster n’a rien compris à la stratégie visionnaire du Président transmise par le Chef de Projet, et doit aller en enfer »

Et il en fut ainsi. Et le Président trouva que cela était bon, mais un peu cher.

Auteur du texte original : Dr Dominique Dupagne, largement inspiré d’un texte (anglais) paru dans SDL Newsletter N°2 et de celui-ci

Illustrations : Dilbert, par Scott Adams

Liens amis : Permaculture et agroécologie en Savoie - Agence web en Savoie - Investir et entreprendre en Savoie Mont-Blanc