Certifications

Modèle comparatif des certifications en gestion de projet

11 mars 2014

Cube couverture rigueur prérequisSous le titre « Comparaison des certifications en management de projet » ou « Comparing PM certifications : which is best for you ? », Stacy Goff, President de ProjectExperts, nous livre quelques statistiques et réflexions sur la certification, qu’elle porte sur les connaissances ou sur les compétences. Il propose une évaluation des différentes certifications en considérant trois critères : les prérequis de la certification, ce qui est couvert par la certification et la rigueur de l’ évaluation. Ces trois critères forment les trois dimensions du cube qui mesure l’efficacité de la certification.

Le premier critère concerne la préparation à la certification (prerequisite score). Ce qui est requis en termes de préparation aide à s’assurer que la certification s’adresse au chef de projet adéquat. Stacy Goff utilise le travail effectué par le Dr Paul D. Giammalvo sur le niveau d’effort demandé pour acquérir une certification. Son analyse porte sur une trentaine de certifications ; il les compare au niveau d’effort demandé pour une certification de « Professional Engineer » et au seuil établi par Malcolm Gladwell’s de 10.000 heures d’expérience et de formation pour devenir compétent dans une discipline. Plus la certification est de haut niveau, plus le taux de comparaison est élevée, c’est ainsi que les données IPMA pour les niveaux A et B sont de 78 et 77 %, alors que le niveau C est de 57 % et le niveau D de 31%.

Les niveaux des certifications en management de projet IPMA, délivrées en France par la Smap sont :

  • Niveau D : Assistant de projet
  • Niveau C : Chef de projet
  • Niveau B : Chef de projet complexe
  • Niveau A : Directeur de projets

Le second critère est le champ couvert par la certification (breadth score), tel qu’il est défini par le référentiel de certification, qu’il soit une méthodologie comme Prince2 ®, une taxonomie de connaissances comme le PMBOK ® ou un référentiel de compétences comme l’ICB (International Competence Baseline) de l’IPMA. L’alliance globale, « GAPPS » ( Global Alliance for Project and Programme Standards) a analysé ces référentiels et on peut voir sur leur site, le détail de leurs résultats. IPMA ICB3 ® est considéré comme le plus complet, contenant 98% des standards GAPPS.

Le troisième critère est la rigueur de l’évaluation au cours de la certification (rigor score). GAPPS s’est basé sur le nombre de preuves et comment elles sont identifiées lors de l’évaluation des compétences. Le niveau C de l’IPMA obtient un score de 90 %, le niveau A et B 84 %, et le niveau D 35 %. En combinant ces trois facteurs, Stacy en déduit une efficacité de la certification : 64 pour le niveau A, 63 pour le niveau B, 50 pour le niveau C et 11 pour le niveau D.

certification cubeScore des principales certifications selon les 3 critères du cube

Stacy conclut qu’il est important que chaque organisation identifie ses propres critères pour prendre une décision sur les certifications qui lui conviennent. Le modèle du cube peut aider à prendre cette décision.

Vous trouverez l’article complet en anglais avec les résultats pour chaque certification et toutes les références bibliographiques (en anglais) sur le site de l’IPMA.

Stacy Goff est également Vice Président Marketing & Events, IPMA

 

gappslogo ipmaSmap

Texte publié par la Smap

 

 

Entretiens PMI Paris 2008 : Qui sait gérer les changements dans l’entreprise ?

2 mars 2008

PMI_LogoLa gestion du changement est intimement liée à la gestion du projet :
• pour aboutir certains projets nécessitent que l’entreprise évolue en intégrant de nouveaux objectifs, de nouvelles compétences, de nouveaux processus, une nouvelle vision de son marché,
• d’autres projets débouchent sur des innovations qui impliquent des efforts pour les faire accepter par les parties prenantes à l’intérieur ou à l’extérieur de l’entreprise.

Le chapitre Paris Île-de-France du Project Management Institute a retenu le thème de la gestion du changement comme fil conducteur des Entretiens du PMI 2008.
L’événement aura lieu le 25 mars 2008 à l’Espace Saint-Martin, 199 bis rue Saint-Martin 75003 Paris avec :
• des conférences
• des retours d’expérience
• de bonnes pratiques
• des idées pour vos projets
• des échanges
• des débats
• un déjeuner

Télécharger la plaquette :
Plaquette PMI Paris Entretiens de mars 2008

En savoir plus :
www.pmientretiens2008.com

Certifications en gestion de projet

20 juillet 2007

SmapLa SMaP, société française pour l’avancement du management de projet est née il y a tout juste un an. Puisqu’ils en proposent une, c’est l’occasion de parler de certifications. 

Les employeurs et les employés, les clients et les fournisseurs ont depuis longtemps éprouvé le besoin de faire reconnaître leurs compétences, ou de s’assurer de celles de leurs interlocuteurs. Cette reconnaissance et cette assurance passe par une certification des personnes décernée par des organismes qui doivent :

  • Avoir une compétence reconnue,
  • Apporter des garanties d’impartialité,
  • Etre présents partout dans le monde.

La certification n’est pas un examen au sens universitaire. Elle en diffère :

  • Principalement par une durée limitée et des recertifications périodiques
  • Par une orientation vers les compétences pratiques
  • Souvent, par l’ exigence d’une expérience préalable dans le domaine

La certification se pratique dans de nombreux domaines et à tous les niveaux : Pilotes d’avion, soudeurs, auditeurs, etc. Les titulaires d’un certification en retirent

  • La possibilité de se distinguer des autres aussi bien dans la recherche d’un emploi
  • Un moyen de s’affirmer ses compétences auprès de son employeur
  • La possibilité de réussir ses projets en donnant confiance aux parties prenantes de ces projets

Se faire certifier, c’est accepter

  • d’être évalué par une tierce partie
  • un référentiel d’évaluation externe, hors de sa « famille d’origine »
  • indirectement, d’entrer dans la compétition et la coopération au niveau national, voire international, de toutes façons au-delà des limites de son entreprise

Faire certifier son personnel c’est

  • rationaliser le recrutement et la promotion internes
  • passer d’une formation qualifiante à une formation diplômante, bien plus motivante
  • s’obliger à pratiquer un recrutement externe sur des critères explicites
  • s’obliger à reconnaître les qualifications de ses meilleurs éléments, à ne pas craindre leur départ de ce fait

Organismes de certification en France

  • SMAP, Société de Management de Projet (créée en juillet 2006)
  • AFITEP, Association Francophone de Management de Projet
  • PMI France, Project Management Institute, Chapitres français