Le potentiel catastrophique de Charles Perrow

29 octobre 2007 par gestiondeprojet.com Laisser une réponse »

Charles Perrow est un sociologue de renom, théoricien des organisations. Il a exercé à l’Université de Pittsburgh et il est aujourd’hui « Professor Emeritus of Sociology » à Yale.

D’après sa biographie personnelle résumée sur le site internet de Yale, ses thêmes de recherche sont ou ont été :

  • Le développement de la bureaucratie au XIXème siècle,
  • les mouvements radicaux des années soixantes,
  • les théories marxistes de l’industrialisation et des crises contemporaines,
  • les accidents dans les systèmes à risque tels que les centrales nucléaires, les transports aériens, les recherches sur l’ADN et les usines chimiques,
  • la protection des infrastructures critiques des Etats-Unis,
  • les perspectives pour les organisations démocratiques du travail (« democratic work organisations »),
  • les origines du capitalisme américain.

Ses ouvrages les plus récents, malheureusement non traduits en français, concernent la gestion des risques.

On y trouve en particulier ce schéma du potentiel catastrophique, particulièrement éloquent :
Charles Perrow

Le concept d’accident normal 

Charles Perrow a développé le concept d’accident normal et s’est interrogé sur le « potentiel catastrophique » propre aux organisations mettant en oeuvre des technologies à hauts risques (centrales nucléaires, usines chimiques, aéronautique, etc.). Son travail repose sur la complexité organisationnelle, sur les modes de structuration et de fonctionnement des organisations qui, selon lui, tendent à rendre « normale » la survenue d’accidents graves. Il mets en évidence les mécanismes endogènes de production des accidents majeurs.

« Organisations à hauts risques et « normal accidents ». Point de vue de Charles PERROW », – Actes de la quatorzième séance du Séminaire du Programme Risques Collectifs et Situations de Crise du CNRS, organisée au CNRS – Campus Michel Ange à Paris le 2 juin 1999 – Grenoble (CNRS), septembre 1999.

Le paradoxe : trop de savoir engendre de l’insécurité 

Les grandes installations dangereuses sont présumées des systèmes étanches, alors qu’ils peuvent être trahis par l’environnement, ou par leur propre complexité : lors de la formation de la bulle d’hydrogène explosive dans la centrale nucléaire de Three Mile Island (le 28 mars 1979), les opérateurs furent submergés de fausses informations par le dispositif de sécurité. Le paradoxe de Perrow : « trop de savoir engendre de l’insécurité » peut ainsi s’étendre à nombre de grands systèmes techniques, trains, avions, réseaux de toutes sortes.

Le grand théâtre des experts du risque, article de Denis Duclos dans Le Monde Diplomatique, juin 2002.

Publicité

Les commentaires sont fermés.

Liens amis : Permaculture et agroécologie en Savoie - Agence web en Savoie - Investir et entreprendre en Savoie Mont-Blanc
%d blogueurs aiment cette page :